Cette année encore une quarantaine de bénévoles ont travaillé fort pour vous offrir une expérience mémorable. Parce qu’ils vivent le Web à Québec de l’intérieur, nous avons décidé de leur donner la parole pour qu’ils vous racontent leur WAQ. Aujourd’hui c’est Stéphanie Salman, bénévole pour la quatrième année consécutive, qui nous raconte son WAQ, ses missions, pourquoi elle a décidé d’être bénévole et ses meilleurs souvenirs.

 

> Bonjour Stéphanie, peux-tu te présenter ? 

Stéphanie Salman, chargée de projets Web chez Libéo. J’ai 30 ans (mais encore 21 dans ma tête !) Mes grandes passions sont mes deux toutous. En fait j’ai une passion pour les animaux en général, ayant eu la chance d’avoir lapin, oiseaux, chat et chien.

J’aime particulièrement les arts : dessin, musique et cinéma tout particulièrement ! Je fais aussi mes propres bijoux. C’est un deuxième penchant pour moi et c’est ce qui a orienté mes études en création multimédia. J’aime particulièrement les projets qui demandent de penser à l’extérieur de la boîte et qui sont très interactifs ! 🙂

J’aime également cuisiner, avec des goûts particuliers pour l’Asiatique. Mon copain et moi faisons beaucoup de produits maison comme des pâtes, notre propre beef jerky, sauerkraut, confiture, pain et ainsi de suite. Je cultive également mon potager tous les étés — légumes frais à venir — !

> Depuis combien de temps es-tu bénévole au WAQ ?

Ceci est ma 4e année !

 

> Qu’est ce qui t’a encouragé à t’engager dans l’aventure ?

Je trouvais l’événement vraiment cool et je suis une grande impliquée dans les projets. Je voulais donc donner du mien dans l’événement !

 

> Quelles sont et quelles ont été tes fonctions au sein du WAQ ?

Je suis responsable du comité de bénévoles. J’ai la chance d’avoir 5 super coordonnateurs avec moi qui s’impliquent annuellement.

Nous avons plusieurs tâches dont le recrutement de tous les bénévoles terrain que les comités ont besoin pendant l’événement. Pendant l’événement, nous gérons l’accueil, le vestiaire et les salles de conférenciers, que ce soit la présentation de ceux-ci ou la gestion de la salle. Nous nous occupons des changements dans les salles communes en collaboration avec la logistique. Nous sommes également l’équipe qui répond à toutes les situations terrain !

 

> Tu investis beaucoup de temps dans le WAQ depuis toutes ces années, qu’est ce que cela t’apporte professionnellement et personnellement ?

Être là pendant tout l’événement et voir les gens tripper, c’est ce qui me fait revenir chaque année. C’est tellement motivant, tellement inspirant de voir que tous ces bénévoles peuvent créer un événement de qualité. J’aime rigoler avec les participants et les revoir venir chaque année !

 

> Ca doit être difficile de communiquer avec les autres bénévoles à distance, comment est-ce que vous vous organisez et quels outils utilisez vous ?

On se rencontre physiquement tous les mois, en allant au resto ou en se faisant une rencontre chez Québec Numérique. Sinon nous avons hangout et Slack pour les suivis plus day to day.

 

> Ca sera la 7ème édition du WAQ cette année, comment tu décrirais l’évolution de l’événement depuis ces débuts ?

Les gens : la présence des gens, que ce soit en quantité et en fidélité. Ils sont toujours présents et de plus en plus nombreux.

International : chaque année, nous accueillons de plus en plus de gens de partout et ils tripent. Ça en dit beaucoup !

Qualité : On a qu’à regarder la programmation (fait par le comité de programmation) et voir à quel point la qualité est au rendez-vous ! Sans compter les lunchs, les 5@7, le café, etc. On a de tout et on est centré sur l’expérience au WAQ !

 

> Qu’est ce que tu ressens pendant le WAQ ? Comment vis-tu l’événement ? 

Je suis tellement impliquée que j’ai dû mal à aller voir des conférences : j’essaie de m’obliger à aller en voir 2 sinon l’expérience n’est pas complète. Dans tous les cas, j’ai du plaisir bout à bout. À la fin, faut cependant prévoir une fin de semaine très très tranquille parce que c’est enivrant comme événement et au final, on met toute notre énergie !

 

> Peux tu nous raconter ton meilleur souvenir du WAQ ?

Hummmmmm : en 4 ans beaucoup trop de possibilités !

Mais j’ai lancé l’équipe licorne la première année des macarons tout à fait spontanément. L’équipe de design avait créé plein de macarons exprimant, entre autres, les corps de métier du Web et ils avaient mis une licorne. Les gens venaient demander pourquoi la licorne, qui était en quantité limitée.

J’ai juste créé sur le concept par pur moment de folie en disant que si on rencontrait une autre personne avec un macaron licorne, on se faisait des high fives. Ça s’est propagé et c’est revenu les autres années. C’était assez fun quand même parce que les participants ont vraiment embarqué ! 😉

 

> Quelle a été ta conférence préférée ?

Impossible : il y en a au moins 1 chaque année et chaque année en vaut le coup !

 

> En une phrase, recommande à un ami de venir au WAQ en 2017 :

Apprendre, explorer, tripper, découvrir, tu feras tout ça au WAQ et ce, avec plaisir ! #equipelicorne

 

>> Découvrez tous les bénévoles du #WAQ2017