Le Web à Québec, un événement en perpétuelle évolution

Le plus grand évènement numérique francophone en Amérique du Nord ne s’est pas fait en un jour! Le numérique étant un domaine où tout évolue très rapidement, le Web à Québec en a fait tout autant de son côté pour rester à l’affût des besoins de la communauté et toujours réinventer son offre. Le WAQ ayant accueilli plus de 1500 participants l’année dernière, difficile de ne pas constater le succès de ce rassemblement annuel!

Mais avant de se lancer dans la nouvelle édition, prenons un moment pour retracer tout le chemin parcouru par le WAQ depuis 2010 afin de se donner une bonne claque dans le dos, de mieux se connaître, mais aussi, et surtout, afin de saluer le travail des bénévoles qui font de cet évènement sur mesure un succès année après année.

Si on remonte le temps, te rappelles-tu à quel endroit a eu lieu le premier WAQ? Ou encore, qui a été le premier invité international? Le WAQ a grandi exponentiellement depuis sa création et toutes ces petites étapes le démontrent. Alors, si toi aussi tu feeles un peu nostalgique (et fier!), cette lecture est faite pour toi.?

via GIPHY

 

Les premiers pas du WAQ

Quand on regarde l’engouement autour du WAQ aujourd’hui, on peine à imaginer un rassemblement d’une centaine de personnes dans une salle d’hôtel, mais c’est pourtant le début de cette belle aventure.

En 2010, après avoir participé à l’évènement du Web à Paris, les trois fondateurs du WAQ se sont réunis dans un bar pour constater que malgré une industrie numérique florissante au Québec, tous les évènements du Web avaient lieu à l’extérieur. Ils ont aussitôt pris l’initiative d’inscrire un tel évènement dans la ville de Québec et, en un mois, sans même connaître le nombre de participants, une salle à l’Hôtel PUR était louée et le projet officiellement lancé. Une centaine de personnes se sont finalement présentées à ce Webcamp et le constat était clair : il y avait au sein de la communauté un intérêt et une grande volonté à créer un évènement rassembleur d’envergure sur le numérique, plutôt qu’une simple structure pour réunir les acteurs du web comme il avait été pensé au départ. 

via GIPHY

C’est donc en février 2011 que voit le jour un WAQ comme on le connaît aujourd’hui. Série de conférences, de panels, de 5@7, compétitions en temps réel, premier conférencier international (Lane Becker!), le WAQ en est à ses tous débuts, mais montre d’entrée de jeu sa volonté de proposer aux passionnés du web un évènement digne de ce nom. Près de 250 personnes assistent à l’une ou l’autre des activités de cette deuxième édition, puis le nombre de participants n’a cessé de s’accroître dans les éditions suivantes. Victime de son succès, le WAQ devra se trouver de nouveaux espaces pour satisfaire la demande : l’Espace 400e Bell sera l’heureux élu quelque temps jusqu’à ce que la popularité grandissante de l’événement force à nouveau le déménagement, cette fois-ci au Port de Québec.

Depuis ses débuts, le WAQ offre toutes sortes de compétitions, de conférences et surtout de 5@7 mémorables aux thématiques plus divertissantes les unes que les autres qui enflamment comme jamais le réseautage. Derrière l’immensité de l’événement, c’est étonnant de constater qu’il y a seulement une trentaine de bénévoles par édition pour tout penser et mettre en oeuvre. On profite de cette petite nostalgie pour leur lever notre chapeau. Tous ces facteurs de succès demandent du temps et de l’énergie pour aller de l’avant, alors un gros merci à toutes et tous! D’ailleurs, la notoriété du WAQ a permis de créer une autre initiative pour le domaine numérique québécois : Québec numérique. Pourquoi? Comment? On continue la lecture ici!

 

La poule et l’œuf

via GIPHY
On se questionne souvent à savoir qui, entre l’œuf ou la poule, est arrivé le premier. Eh bien, on rencontre un peu le même questionnement lorsqu’on pense au WAQ et à Québec numérique. On dit aujourd’hui que le WAQ est un évènement de Québec numérique, mais il faut savoir que c’est en fait le succès du WAQ qui a permis de mettre en place une telle organisation et on ne peut traverser l’évolution de l’événement sans souligner cette belle retombée.

En effet, la croissance et le succès du WAQ ont été tellement importants que la communauté a souhaité élargir sa mission avec l’implantation d’une organisation à part entière. De cette volonté est né Québec numérique en 2015. Ensuite, la demande au sein de la ville de Québec pour le numérique n’a cessé de grandir et c’est en 2016 qu’une semaine numérique a vu le jour. Le WAQ demeure l’évènement phare, mais cette semaine d’activités permet à plus de gens de milieux différents de s’intégrer au monde énigmatique et toujours grandissant du web… une vraie démocratisation du savoir. Eh oui, on a réussi à ploguerer le mot démocratisation dans notre article! On ira même jusqu’à dire qu’avec le WAQ et tous ces développements dans la communauté numérique au Québec, on a fait réellement place à la «coopétition» : cet esprit rassembleur qui démontre qu’ensemble on est plus forts, même quand on est des compétiteurs.

 

Et l’image de marque dans tout ça?


via GIPHY

Le WAQ se réinvente année après année pour rester à l’affût de la communauté, alors il fallait bien un site web qui évolue tout aussi vite pour se mettre à la hauteur de celui-ci. Les participants peuvent profiter d’une nouvelle plateforme à chaque édition et ce vent de fraîcheur leur assure une fois de plus que l’événement ne sera jamais comme celui d’avant.

Avec un visuel toujours plus coloré et une ergonomie toujours plus adaptée, c’est aussi un plaisir pour toutes et tous de consommer l’information. Le souci même de mettre à jour le site web pour tester certaines fonctions et suivre les tendances renforce l’image du WAQ en tant que leader dans le monde numérique.

Et les créateurs de toutes ces plateformes? Il faut savoir que les premières années du WAQ ont été chapeautées à 100 % par les bénévoles, puis on a essayé quelques commandites. C’est pourquoi le site web de 2013 a été conçu par iXmédia, celui de 2014 par Libéo, celui de 2015 par O2 Web et finalement celui de 2016 par Cortex, avant que le WAQ mette en place un comité design et revienne à une organisation 100 % bénévole : un événement par et pour la communauté. Le WAQ ne permet pas seulement à ses participants d’apprendre, il est aussi un immense laboratoire pour tous ses bénévoles et nous permet de maintenir une image de marque plus puissante sur la plateforme puisqu’elle évolue au lieu de se transformer.